Drapeau Fédération des Deux Rives, Etat Pied Noir

Sisyphe, le 20 janvier 2021

Pieds-Noirs : nous sommes à l'heure de notre mort, il faut choisir !

A partir de ce soir, la presse va se faire l’écho du rapport Stora, commandé par le Président de la Vème République française afin de préparer les esprits au choc de 2022.
Une fois encore, on nous prépare un coup de traitrise qui enfoncera le clou de la responsabilité des PiedsNoirs dans la Guerre d’Algérie.
D’une manière ou d’une autre, par le mensonge et la trahison, notre histoire, la sueur et les larmes de nos parents vont être vendues à bas prix.
Des personnalités de notre Peuple vont approuver, hélas, le rapport Stora, des Présidents d’Associations vont s’indigner pour la galerie et les autres vont se taire, en fermant leurs poings dans leurs poches.
En 2022, toutes les contre-vérités vont passer, une fois de plus.
Le Peuple Pied-Noir est à l’heure de sa mort. Il faut en prendre conscience.
Soit, nous entrons dans la tombe et ils pourront cracher sur nos pierres en toute impunité.
Soit, nous nous dressons tous ensemble pour mettre un terme aux mensonges éhontés de cette Vème République, qui après nous avoir massacrés et dispersés, veut effacer maintenant le souvenir même de l’existence de notre Nation pacifique.
Chacun constate que ce système est totalement inefficace, de nos jours comme aux jours anciens, le bilan se compte en milliers de morts. :
Les masques : ratés ! Les tests : ratés ! Les vaccins : ratés !
La Guerre d’Algérie fut une guerre entre les tenants de la Vème République française et les tenants de ce qui allait devenir la Ière République algérienne, à savoir deux envahisseurs qui se sont disputés les richesses de l’Afrique du Nord.
Les responsables des deux systèmes ont les mains rouges du sang des innocents. Cette guerre a engendré des milliers de morts de chaque côté de la méditerranée et ce pour rien, car les solutions mises en place ont fait le malheur de tous les peuples concernés.
Après que ces deux systèmes se soient partagés nos dépouilles et celles des berbères, chacun a géré les richesses acquises par la violence et le vol sans droit, ni titre, ni paiement.
C’est un principe révolutionnaire qui date de 1789. Les deux peuples, algériens et français, n’en ont pas profité, bien au contraire.
Les Français se sont enfoncés dans la paupérisation et les Algériens ont fait leurs valises pour rejoindre l’Europe.
Mais les classes dirigeantes de ces deux systèmes ont accumulé les richesses.
Il n’y a jamais eu autant de milliardaires des deux côtés de la méditerranée.
Pour s’attacher les bien-pensants et s’exonérer de leurs crimes, ils ont employé la corruption à haute dose
en distribuant des prébendes, des propriétés et des décorations.
On calomnie les victimes et on les assassine une deuxième fois, en les montrant du doigt.
Pour notre part, nous avons décidé de prendre notre destin en main.
Nous devons obtenir la restitution de nos territoires volés en France (24.000 hectares) et le paiement de dommages de guerre à leurs victimes par les deux systèmes qui en ont largement les moyens.
Les accords d’Evian ont déterminé qu’il y avait trois peuples en présence, les Français, les Algériens et les Pieds-Noirs.
Les tenants de la Vème République française ont éradiqué les Pieds-Noirs. Les tenants de la Ière République algérienne ont massacré les Berbères. Dans les deux cas, les massacres se sont multipliés en toute impunité et dans le silence assourdissant des médias.
Oui, il y a eu des crimes contre l’humanité. Mais les auteurs ne sont pas ceux que l’on désigne d’un doigt accusateur.
Celui qui crie au loup en désignant les victimes comme coupables pour effacer les traces de l’ignominie, devra rendre des comptes aux victimes.
C’est sur le plan international que nous gagnerons notre survie en portant nos cahiers de doléances, par le biais de notre État, devant l’Organisation des Nations Unies et devant les tribunaux pénaux internationaux.
Il nous faut du courage et de l’espérance.
La paix reste notre seul combat. Nous sommes prêts à en payer le prix.
Jacques Villard
Président de la Fédération des Deux Rives
Chef de l’Etat Pied-Noir

Sceau Fédération des Deux Rives, Etat Pied Noir