24 Jnvier 1962

Etat Pied-Noir 24 janvier Jour de deuil national mais aussi d'espérance

Mes Chers Compatriotes et Amis,

 
Aujourd’hui, normalement, nous devions nous retrouver, tous ensemble, à Montpellier pour nous recueillir devant nos stèles et pour nous rencontrer dans le cadre du 5ème Congrès de notre Etat, la Fédération des Deux Rives, ainsi que pour les Assemblées Générales de nos associations PNMA et COMPAS.
 
Du fait de l’expansion de la pandémie et de l’apparition brutale de variants du Sars-CoV-2, nous avons préféré reporter à une date ultérieure l’ensemble de nos cérémonies.
 
De nouvelles dates vous seront précisées à la fin du printemps.
 
Nous vous demandons de rester particulièrement vigilants et de vous autoconfiner dans la mesure du possible.
 
Vous devez respecter tous les gestes barrières et vous faire vacciner.
 
Notre combat continue plus que jamais.
 
De très nombreux Pieds-Noirs et amis nous rejoignent afin de prendre des responsabilités.
 
Vous devez savoir que les difficultés se multiplient tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de notre Etat.
 
Désormais tous les moyens sont bons pour nos adversaires afin de nous contraindre au renoncement.
 
Les différents représentants internationaux de notre Etat Pied-Noir ne céderont pas.
 
Les Pieds-Noirs sont les Européens issus du Maroc, de l’Algérie, de la Tunisie et de l’Egypte.
 
Nos objectifs prioritaires sont :
 
– la reconnaissance du Génocide, de l’Exode et de la Disperion du Peuple Pied-Noir,
 
– l’acceptation de la Nation des Pieds-Noirs au sein de l’Organisation des Nations Unies,
 
– la reconnaissance de l’Etat Pied-Noir comme Etat de Souveraineté Territoriale,
 
– la restitution des biens immobiliers privés et sociaux des Pieds-Noirs tant en en France qu’en Afrique du Nord,
 
– l’attribution de dommages de guerre pour chaque famille.
 
Nous précisons aux autorités internationales que la Vème République française s’est emparée sur le sol français sans droit, ni titre, ni paiement, de 57 domaines sur une surface de 24.000 hectares. 
 
Les expropriés n’ont pas été indemnisés contrairement aux Déclarations Universelles des Droits de l’Homme et des Droits des Peuples à disposer d’eux mêmes. 
 
Ces territoires remis, clefs en mains, à l’autorité algérienne sont abandonnés et squattés pour la plupart depuis l’époque.
 
Ils peuvent devenir des bases de guerre pour des terroristes en cas de conflit généralisé.
 
Il s’agit pour l’Etat Pied-Noir d’une partie de son territoire national qui est désormais envahi par des puissances étrangères.
 
Le 24 janvier 1960, la Vème République française a ouvert le feu sur les Pieds-Noirs occasionnant des dizaines de morts au sein de la population pauvre de différents quartiers d’Alger et de villes d’Algérie.
 
Ce fut l’avènement de décisions graves prises par le plus haut niveau de l’Etat français afin de contraindre un peuple à la disparition
 
S’en suivirent, entre autres, les massacres des
 
23 mars 1962 à Bab el Oued
 
26 mars 1962 à Alger
 
5 juillet 1962 à Oran.
 
Ni le peuple algérien, ni le peuple français ne sont coupables de cette épuration ethnique. 
 
Seuls les responsables politiques français et algériens de l’époque doivent être recherchés et traduits devant un tribunal pénal international pour crimes contre l’humanité, morts ou vifs.
 
Le 24 janvier 2022 représentera, pour notre Etat, le début de la prise de possession des biens immobiliers qui lui appartiennent au regard du droit international.
 
Nous vous demandons de rester unis au sein de vos associations nationales, de les respecter et de leur apporter tout votre soutien car leurs représentants n’ont jamais démérité. Ils ont tenu bon face à une adversité inadmissible. Ils doivent être certains de notre reconnaissance unanime.
 
 
Sisyphe, le 24 janvier 2021
 
Jacques Villard
 
Président de la Fédération des Deux Rives
 
Chef de l’Etat Pied-Noir
Drapeau Fédération des Deux Rives, Etat Pied Noir
Jacques Villard
Sceau Fédération des Deux Rives, Etat Pied Noir