58 Ans Déjà

Voici un rappel succinct des étapes d’une trahison sciemment organisée contre les Français d’Algérie, que les différents gouvernements et les médias, complices des deux côtés de la Méditerranée, cachent à nos deux peuples depuis un demi-siècle

Michel DEBRE en Novembre 1957

« Que  les Algériens se rappellent que l’abandon de la souveraineté Française en Algérie est un acte illégitime qui met tous ceux qui s’en rendent complices hors la loi et tous ceux qui s’y opposent, quel que soit le moyen employé, en état de légitime défense ! »

Charles DE GAULLE

( après le « Je vous ai compris )

Le 4 juin 1958

 « Dans toute l’Algérie, il n’y a que des Français à part entière ! »

Le 5 juin 1958

« L’Algérie est une terre Française, organiquement et pour toujours !»  

Le 6 juin 1958 à Mostaganem

 « Vive l’Algérie Française ! »

 Le 7 juin 1958 à Oran

« OUI,OUI,OUI, La France est ici pour toujours, Elle est ici avec sa vocation millénaire qui s’exprime aujourd’hui en trois mots : Liberté, Égalité, Fraternité….vive Oran, ville que j’aime et que je salue, bonne, chère grande ville d’Oran, grande ville Française !»

Le 30 octobre 1959

 « A quelle hécatombe condamnerions-nous ce pays si nous étions assez stupides et assez lâches pour l’abandonner ! »

Août 1959

« Le drapeau du FLN ne flottera jamais sur Alger, moi vivant ! »

3 mars 1960

« L’indépendance réclamée par Ferhat Abbas et sa bande est une fumisterie ! »

22 octobre 1960

 « Les insurgés voudraient que nous leur passions la main. Cela nous ne le ferons jamais ! »

Puis soudain revirement total, car nous le savons maintenant, son plan, mûri en secret depuis 1954, s’installe, une défaite politique est consommée, l’Armée qu’il n’a cessé d’encourager à détruire l’ennemi, attisant ainsi la haine, est mise sur la touche, il n’est plus question de l’Algérie Française, mais de l’Algérie Algérienne, provoquant un épiphénomène clandestin qui durera 11 mois : l’OAS, réaction légitime contre l’insoutenable trahison et légitimée par la déclaration de Michel DEBRE de novembre 1956.

Puis, les prétendus« accords d’Evian » qui garantissent la protection des personnes et des biens sont signés !

Là, Charles DE GAULLE se déshonore encore davantage en déclarant :

 « Il n’est pas question que l’Armée Française protège les Français d’Algérie qui n’auront qu’à se débrouiller avec le FLN »

(Propos rapportés par l’académicien Eric ROUSSEL)

Puis il répond à Michel DEBRE lui annonçant que les Français se faisaient massacrer à ORAN le 5 juillet 1962 :

« Eh bien, ils n’avaient qu’à rentrer avant ! »

Français, Algériens, il faut que vous sachiez qu’il venait de donner, le jour même, des ordres formels à l’Armée de ne pas intervenir, même en cas de danger de mort pour les victimes d’exactions, en contradiction totale avec les accords qu’il venait de signer…..nous connaissons la suite !

Et après la tragédie, De Gaulle déclare : : « Si je n’étais pas l’Etat, j’aurais été dans l’OAS ! » (Interview Michel DROIT)

 Notre peuple a subi « le plus grand traître de la République » (interview Alain DUHAMEL)

TOUT EST DIT : C’ETAIT DE GAULLE :

Et, par sa fourberie, des centaines de milliers d’être humain ont perdu la vie, dans les deux camps !