Récit de vie d'Exil Français d'Algérie

Dans cette recherche, nous tentons de comprendre comment les Français d’Algérie, plus souvent nommés Pieds-noirs, font survivre leur mémoire collective par le récit individuel. Plus précisément, voici notre question initiale de recherche : comment les Piers-noirs utilisent-ils l’histoire personnelle pour faire survivre leur mémoire collective? Pour répondre à nos questionnements, nous avons donc procéder à l’analyse de trois récits de vie que nous avons collectés au cours de cette recherche.

 

D’abord, nous expliquons en quoi consiste l’exil des Pieds-noirs de l’Algérie vers la France et les conséquences de cette migration sur cette population. Dans notre recherche conceptuelle, nous explorons aussi le concept de la mémoire collective, dont Halbwachs est le fondateur, ainsi que l’exil et la transmission de la mémoire dont Halbwachs est le fondateur, ainsi que l’exil et la transmission de la mémoire à l’analyse des récits de vie de trois participants Pieds-noirs ayant vécu ces événements. 

 

Cette analyse permet de relever comment le récit individuel permet la conservation de la mémoire collective. Celui-ci est donc utilisé et expliqué en tant que stratégie : stratégie de survie pour un groupe culturel, mais aussi pour réparer les injustices subies par les Pieds-noirs tout au long de leur exil, rétablir leur dignité dans la société française et obtenir enfin la vérité sur leur histoire. Toutefois, le récit chez les Pieds­ noirs est tabou et est traité de façon contradictoire dans la communauté. Une grande partie des Français d’Algérie refusent de témoigner de leurs expériences, même à leurs descendants, pour éviter de souffrir. 

 

Nous convenons de certaines limites de notre recherche, dont le petit échantillon participants et leur subjectivité encouragée dans cette recherche. Toutefois, nous mettons ces récits en relation avec notre recherche documentaire. De plus, c’est justement le point de vue des acteurs qui est le sujet de ce projet. Les résultats de cette recherche pourront être appliqués à d’autres populations d’exilés ou de réfugiés dans des projets ultérieurs.